Illustration du film Jojo Rabbit, https://s.studiobinder.com/wp-content/uploads/2010/04/What-is-JoJo-Rabbit-About-Video-Essay-and-Analysis-about-the-Twist-WP.jpg

Rubrique culturelle : Jojo Rabbit, Taika Watiti

Petit allemand d’une dizaine d’années, Jojo Betzel s’est choisi un ami imaginaire des plus originaux : le Führer en personne. Intégré au sein des jeunesses hitlériennes, le jeune garçon glorifie les symboles du Parti. Il porte fièrement son uniforme nazi et tapisse sa chambre d’affiches de propagande. Il est cependant moqué de ses camarades : incapable de tuer un lapin de sang-froid, il enchaîne les gaffes lors des camps d’entraînements. Ses certitudes et son engagement aveugle sont bousculés lorsqu’il découvre une jeune juive nommée Elsa, cachée par sa mère, dans les murs de sa maison. 

Illustration du film Jojo Rabbit, https://www.thecinemaholic.com/jojo-rabbit-cast/

Taika Waititi critique la guerre et l’idéologie au travers du regard et des rencontres du jeune Jojo. Ce dernier touche le spectateur par sa sensibilité et son innocence. Son ami invisible, excellemment bien joué par le réalisateur lui-même, est une farce : maladroit et froussard, il n’hésite cependant pas à le sermonner lorsqu’il s’écarte du droit chemin. Cet Hitler imaginaire est risible, tout comme les autres cadres du parti nazi, empêtrés dans leurs rituels et codes. Ce film explore la prise de conscience d’un enfant sur ses certitudes. Grâce à son amitié avec Elsa et aux activités résistantes de sa mère, il réalise que sa réalité n’est qu’un mythe, que les vérités apprises dans les rangs du Parti ne sont que fiction. Il se libère de l’endoctrinement et pense enfin par lui-même. 

Jojo Rabbit est une superbe satire du nazisme. Rythmé et absurde, ce film offre des scènes drôles et décalées. Taika Waititi rend compte de l’horreur de la guerre au travers du regard de Jojo. Filmés tout en retenu et fragilité, les évènements vécus par l’enfant émeuvent et interpellent. L’humour tout comme l’innocence de Jojo servent avec force la critique politique et interrogent sur les extrêmes d’aujourd’hui.

Par Valentine Lapierre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *